Indépendantes. Critiques. Féministes.

Fondées en 2018, les éditions Hors d’atteinte se donnent pour but de proposer de nouvelles grilles d’analyse d’un monde contemporain en pleine mutation, de donner de l’espoir à ceux qui luttent et d’offrir un espace à des voix inaudibles ailleurs. Féminisme, environnement, urbanisation, racisme, médias, populismes sont quelques-uns des thèmes abordés dans nos livres, dont beaucoup sont conçus comme des boîtes à outils. Hors d’atteinte, comme ce qui ne peut être touché, saisi – ce qui est subtil et souple, indépendant et fugace ; mais aussi ce qu’on met à l’abri, dans un endroit inattaquable, inabordable.

Composées de deux collections, Littératures en fiction et Faits & idées en non-fiction, Hors d’atteinte croisera les approches de la littérature et des sciences humaines (politique, sociologie, histoire, géographie, philosophie) pour décrire, comprendre le monde mais aussi imaginer et préparer ce qu’il pourrait être.

Hors d’atteinte est une maison d’édition féministe : loin de se borner à ces thématiques voire à des auteures femmes, elle appliquera ce souci, cette façon de voir le monde, à tous les ouvrages publiés et à sa façon de travailler.

 

Hors d’atteinte

Siège social

19, rue du Musée
13001 Marseille

Adresse postale

17, rue Marignan
13007 Marseille

Manuscrits

Merci de nous faire parvenir vos manuscrits en tenant compte de notre ligne éditoriale, de préférence par voie électronique.

L’équipe

Pour nous adresser un courriel, merci de recopier notre adresse dans la barre d’adresse de votre messagerie, en remplaçant les signes [a] par @.
Ingrid Balazard : balazard[a]horsdatteinte.org
Marie Hermann : hermann[a]horsdatteinte.org

Le comité éditorial

Jérôme Berthaut est maître de conférences à l’université de Bourgogne et membre du Cimeos. Ses domaines de recherches sont la sociologie du journalisme et des quartiers populaires, et la socialisation professionnelle. En savoir plus…

Anne Bory est maîtresse de conférences en sociologie à l’université Lille I. Ses domaines de recherches sont la sociologie du travail et des organisations, la sociologie du monde associatif, la sociologie de l’engagement, l’économie sociale, les associations, le bénévolat, le syndicalisme, l’engagement, les organisations syndicales, les relations professionnelles, migrations et travail, salariés sans-papiers, emploi précaire, les mouvements des sans-papiers, les politiques publiques de contrôle de l’immigration, les comparaisons internationales. En savoir plus…

Anne Clerval est maîtresse de conférences en géographie. Ses domaines de recherches sont la ville, les divisions sociales de l’espace urbain, les rapports sociaux de classe et de « race » dans la ville, la gentrification, la réhabilitation, les transformations urbaines et sociales des centre-villes.

Stéphane Horel est journaliste et documentariste, elle a travaillé pour Le Vrai Papier Journal, Le Canard enchaîné, Arte, France 5, et a mené de nombreuses enquêtes indépendantes notamment pour Le Monde. Elle a publié entre autres Intoxication à La Découverte en 2015. Elle a reçu le Prix européen du journalisme d’enquête en 2018 avec Stéphane Foucart.

Solenn Jouanneau est maîtresse de conférences en science politique à l’Institut d’études politiques de Strasbourg. Ses domaines de recherches sont la contribution des acteurs judiciaires et associatifs à la lutte contre les violences au sein du couple, les inégalités hommes-femmes et les inégalités face à la justice, les imams et les associations islamiques en France, la structuration du culte musulman hexagonal, les inégalités religieuses et la laïcité, l’encadrement et la surveillance des pratiques religieuses par l’État. Elle a publié Les Imams en France. Sociologie d’une autorité religieuse sous contrôle, Agone, 2013. En savoir plus…

Rose-Marie Lagrave est directrice d’études à l’EHESS. Ses domaines de recherches sont le féminisme et les études de genre. Elle a notamment publié Voyage au pays d’une utopie déchue, PUF, 1998. En savoir plus…

Sylvain Laurens est maître de conférences à l’EHESS. Ses domaines de recherches sont la socio-histoire de l’État et de l’action publique, des relations de pouvoir, de l’immigration. En savoir plus…

Julian Mischi est directeur de recherche en sociologie à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA/Dijon). Ses domaines de recherches sont les classes populaires, le militantisme, les territoires et le pouvoir local. Il a notamment publié Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010 ; Le Communisme désarmé. Le PCF et les classes populaires depuis les années 1970, Marseille, Éditions Agone, 2014 ; Le Bourg et l’atelier. Sociologie du combat syndical, Marseille, Éditions Agone, 2016. En savoir plus…

Laure Mistral est traductrice de romans (anglais, allemand) et d’essais (anglais) ; auteure et directrice de collection de documentaires jeunesse (stéréotypes de genre, religions monothéistes, découverte des pays étrangers) ; éditrice d’ouvrages de référence. En savoir plus…

Étienne Pénissat est chargé de recherches au CNRS, directeur du Ceraps. Ses domaines de recherches sont la sociologie de la quantification et des usages des statistiques, les classes sociales et les représentations de l’espace social, les élites administratives et patronales, le syndicalisme et l’entrave à l’action syndicale. En savoir plus…

Clément Petitjean est doctorant en sociologie à l’université Versailles Saint-Quentin. En savoir plus…

Clyde Plumauzille est chargée de recherches au CNRS. Ses domaines de recherches sont l’histoire des femmes et du genre à l’époque moderne et contemporaine, l’histoire du travail et des classes populaires, la sociohistoire de la déviance et de sa prise en charge, l’histoire de la prostitution, l’histoire des nourrices, l’histoire de la Révolution française. Elle a notamment publié Prostitution et Révolution. Les femmes publiques dans la cité républicaine (1789-1804), Paris, Champ Vallon, 2016. En savoir plus…

Jean-Jacques Rosat a été notamment professeur de philosophie, puis assistant et éditeur de Jacques Bouveresse au Collège de France.

Mathieu Van Criekingen est enseignant-chercheur au Laboratoire de géographie humaine de l’université libre de Bruxelles. Ses domaines de recherches sont les transformations contemporaines des quartiers populaires de centre-ville, abordées sous l’angle des rapports sociaux de domination et des alliances ou conflits entre acteurs ; les mécanismes et conséquences de la gentrification à Bruxelles.