Cicatrices

14,00

Le récit de l’émancipation par l’écriture d’une jeune fille grandissant en banlieue parisienne.

  • Date de parution: 22 août 2019
  • Dimensions: 12 x 20 cm
  • Format: Le livre existe aussi en version numérique
  • ISBN: 978-2-490579-04-4
  • Nombre de pages: 132

Le Livre

Je suis originaire d’Afrique mais je suis née ici, en France. Je suis le quinzième enfant de mon père et le huitième de ma mère. Enfin, je crois. Mon père est ce qu’on appelle un polygame. Au début, je ne savais pas ce que ça voulait dire, et quand je l’ai su, j’ai trouvé ça drôle. Ils l’appelaient « polygame » parce qu’il n’était pas comme les autres hommes : mon papa, lui, avait quatre femmes !

Quelque part en banlieue parisienne, une jeune fille grandit entre disputes et manque d’intimité, complicités inattendues et rares fêtes, discipline stricte et incompréhensions à l’école. Redoutant la violence qu’elle voit monter en elle, elle décide d’apprivoiser les mots. Ce sont eux qui lui permettront de tracer sa route, mais aussi de construire un lien enfin solide avec les siens.

Dali Misha Touré est née en 1994 à Aulnay-sous-Bois. Cicatrices est son premier roman.

Auteur/trice(s)

Dali Misha Touré

Née en 1994 à Aulnay-sous-Bois, Dali Misha Touré y vit encore aujourd'hui. Après un bac littéraire et des études de portugais et arabe, elle a fondé une association enseignant l'arabe. Elle a récemment repris des études pour devenir psychothérapeute.

Commander

Commander le livre papier sur leslibraires.fr :

 

Commander le livre en version numérique via la vitrine Eden :

Rencontres

Il n’y a pas d’évènement à venir.

Événements passés

Le samedi 16 novembre, à 14 heures À la librairie Folies d’encre 41, boulevard de Strasbourg 93600 Aulnay-sous-Bois

En savoir plus

La jeune narratrice de ce roman, originaire d’Afrique, grandit avec un père polygame, trois belles-mères et vingt-deux frères et sœurs. Elle décrit un quotidien qui se partage entre deux étages d’un immeuble en banlieue parisienne, fait de violentes disputes et de jalousies, d’une discipline très stricte imposée par le père, de difficultés à l’école, mais aussi de rapprochements salvateurs, comme avec l’une de ses belles-mères. Elle a le sentiment troublant de connaître ses parents moins que sa meilleure amie, parce qu’ils ne se racontent que très peu.
Elle craint que cette absence de mots ne la conduise elle-même à la violence.
Elle lit « Matilda », de Roald Dahl, et s’y identifie. Peu à peu, elle apprend à manier les mots, tant pour se débarrasser de ses parents et mener tranquillement ses activités (elle leur explique ainsi qu’elle doit sortir « faire une subvention constitutionnelle pour l’État ») que pour apprivoiser ce qu’elle vit et construire un espace à elle. Son entrée dans l’adolescence, avec son invincible « bande de filles » et ses expérimentations nouvelles, ne l’empêchera pas de construire avec les siens un nouveau lien, plus solide et plus aimant.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.